Acteurs, coûts et calendrier

 

 

 

Au cœur du réseau de transports de la région, Île-de-France Mobilités, nom d’usage du Syndicat des Transports d’Île-de-France, fédère tous les acteurs (voyageurs, élus, constructeurs, transporteurs, gestionnaires d’infrastructures), investit et innove pour améliorer le service rendu aux voyageurs. Elle décide et pilote les projets de développement et de modernisation de tous les transports, des premières phases de concertation jusqu’à la mise en service.

 

 

 

 

L’État investit, en Île-de-France, dans les projets de modernisation et de développement du réseau existant. Dans le cadre du Nouveau Grand Paris annoncé par le Premier ministre le 6 mars 2013, ces projets s’articulent de manière cohérente avec la réalisation des lignes de métro automatique en rocade du Grand Paris Express, afin notamment de répondre aux besoins des Franciliens en matière de transports. L’amélioration du réseau de transport du quotidien, en particulier les lignes de métro et de RER ainsi que les futures gares de correspondances, constitue une priorité forte de l’État.  L’État participe financièrement aux études de réaménagement du pôle-gare de Melun.

 

La Région Île-de-France est le premier financeur du développement des transports en Île-de-France. Elle contribue à la création ou au prolongement de nombreuses lignes de métro, à la modernisation des lignes RER et à l’aménagement des gares d’Île-de-France. Sa priorité : améliorer la qualité de vie des Franciliens en développant les transports de banlieue à banlieue. Elle participe aujourd’hui au financement des études du réaménagement du pôle-gare de Melun.

 

 

 

En apaisant le trafic automobile, en développant les transports collectifs (T Zen 2), les transports scolaires, les services de proximité (Proxi’bus, Pam 77), le covoiturage et les liaisons cyclables, le Département est une collectivité mobilisée pour favoriser la mobilité des Seine-et-Marnais. Pour y parvenir, le Département soutient de nombreux projets sur le territoire de Seine-et-Marne aux côtés des différents partenaires.

 

 

 

 

 

Mobilisée pour faire du pôle-gare de Melun le cœur de l’agglomération connectant les différents modes de transport (trains, bus, voitures, taxis, vélos, piétons …) et un nouveau quartier d’affaires créateur de richesses et d’emplois, la Communauté d’agglomération Melun Val- de- Seine est engagée dans la réflexion autour du pôle-gare de Melun.

 

 

 

 

 

Acteur historique du réseau de transport francilien, SNCF exploite les 5 lignes RER d’Île-de-France (dont le RER D qui dessert la gare de Melun), dont 2 conjointement avec la RATP ainsi que les 9 lignes Transilien. Cela représente près de 3,2 millions de franciliens transportés chaque jour. En outre SNCF maintient, développe, modernise les gares et le réseau ferroviaire. Elle commercialise les espaces en gare ainsi que l’accès au réseau ferré pour l’ensemble des entreprises de transport de voyageurs et de marchandises. De par ses missions, c’est aussi un acteur majeur de la mobilité durable, qui contribue à la sécurité, à la qualité, à la régularité et au confort du service ferroviaire français.

Les études de faisabilité du réaménagement du pôle-gare de Melun ayant permis la rédaction du Dossier d’Orientation et de Caractéristiques Principales (DOCP), dossier support de la concertation, sont financées par l’État, la Région Île-de-France, le Département de Seine-et-Marne, la Communauté d’agglomération Melun Val-de-Seine pour un montant de 300 000€ H.T.

 

Les travaux du projet de pôle sont éligibles à plusieurs financements publics, dont :

  • Les financements prévus au CPER en tant que pôle PDU multimodal de niveau 1,
  • Les financements du Schéma Directeur d’Accessibilité (SDA) pour la mise en accessibilité de la gare ferroviaire,
  • Les financements liés au projet T Zen 2,
  • Les financements de droit commun de Île-de-France Mobilités, par exemple les financements des Schéma Directeur des Parcs Relais pour la labellisation en P+R du PSR (extension incluse), ainsi que des gares routières (« Ecostation bus »), le Plan Immédiat de Modernisation pour l’Accélération de la Qualité de Trains (« IMPAQT »),
  • Les financements des collectivités.

À ce stade des études, le coût du projet est évalué à (+ ou – 20%) :

  • pour le scénario A : de 40 à 45 M€
  • pour le scénario B : de 50 à 55 M€
  • pour le scénario C : de 45 à 55M€
Retour haut de page
Aménagement du Pôle Melun

Aménagement du Pôle Melun

Personnaliser les cookies

Nous avons recours à l'utilisation de traceurs statistiques afin de suivre et d’améliorer la qualité du site. Conformément à la règlementation en vigueur, ces données récoltées sont anonymisées. Vous pouvez accepter l'utilisation de ces traceurs en cochant les cases correspondantes ou les bloquer en les décochant.